*
top_left



Menu
affiche_g

Objectives

PrinterFriendly
Version optimisée pour imprimer

Editorial

Nous arrivons cette année 2016 au n°10 d’EJID.

Avec une seule parution chaque mois de septembre, EJID a voulu continuer une tradition de bilinguisme, en permettant au moins partiellement aux lecteurs francophones et anglophones d’avoir et de donner des nouvelles du monde de la déshabilité intellectuelle qui sortent un peu des sentiers battus.

Le monde de la déshabilité intellectuelle est en mouvance continuelle et il est parfois difficile de faire la part de chose entre nécessité des personnes, besoins des familles, possibilités institutionnelles et discours politiques : ici aussi comme dans le reste du monde on suit des modes, des attitudes et des intérêts en bataille continue avec les contraintes économiques, spécialement fortes depuis 2007-2008.

J’entends beaucoup de belles paroles à propos de l’autonomie, de l’autodétermination et de l’insertion, il me semble que parfois ce sont là des concepts qui viennent de l’extérieur de la personne avec déshabilité et qui sont dictés largement par les besoins de réduire les dépenses plutôt que par les besoins des personnes elles-mêmes.

Il faut rester modestes, car les grandes idées autour de l’autisme sont très souvent des copier-coller qui, du monde de l’autisme dans l’enfance, viennent s’imposer à la population adulte qui est, certes, autiste, mais avec des besoins très éloignés et des difficultés très différentes des enfants.

De même il n’y a pas une vraie culture du double diagnostic, là où des problèmes psychiatriques se superposent à la déshabilité intellectuelle, sur le plan de la clinique et de la pharmacologie, pour ne citer que deux grosses problématiques parmi tant d’autres.

Je rappelle que le traitement pharmacologique de la personne avec double diagostique  est spécialement complexe au vu aussi de la présence encombrante de troubles épileptiques.

EJID veut rester un lieu d’échange où les travailleurs du monde de la déshabilité intellectuelle peuvent publier leurs observations et leurs expériences, qui seraient probablement dispersées faute de les poser quelque part avec l’espoir d’être lu.

Les familles aussi peuvent vouloir décrire leurs observations et leurs questionnements et EJID est là aussi pour eux.

Je souhaite donc aux lecteurs, aux auteurs et aux comités scientifique et de rédaction ainsi qu’au webmaster de EJID de continuer notre calme chemin commun dans la connaissance, dans l’entraide et dans le soutien de la personne avec déshabilité intellectuelle.

Lire le journal 10/16

enzymes

© Graphik & Design: Enzymes Consulting • Site: www.enzymes.ch • e-mail: daniel@enzymes.ch
Site optimisé pour Microsoft Internet Explorer version 5.5 et plus - Définition d'écran 1024*768

Pseudo :
User-Login
Votre E-mail